La remise a dialogué avec un Hôtel-de-ville.


Modeste mais unique car marquée par l’imaginaire de son constructeur, personne ne regardait cette remise dans son environnement d'origine. Démontée et remontée à côté de l’Hôtel de Ville de Lorient, la remise est devenue de l'art contemporain.

Le temps de l’automne 2017, l'artiste a instauré un dialogue entre deux architectures : un Hôtel de Ville en granit et une cabane de jardin faite de bric et de broc. L'un relate une histoire commune, celle d'une ville qui renait après la guerre, l’autre une histoire personnelle, celle de Monsieur Tulasne, un ancien forain.

Cette « cabane à pépé » mis dans une situation incongrue a été une provocation à nos propres souvenirs, une « madeleine de Proust » installée sur une place qui cherche à rester immaculée de toute trace d’histoire personnelle.

En faisant partager le même espace publique à ces deux architectures, l'intention de l'artiste était de semer le doute sur la ville d’aujourd’hui :

Où sont passées les villes qui nous font rêver?... celles qui nous surprennent et nous inspirent, celles qui le temps d’une promenade nous émeuvent et nous racontent des histoires ?

#vidéo #LaremisedeMonsieurTulasne #Lorient

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square